Mode éphémère 17.09.17

Hello ! En général, mes amies pourraient en témoigner, je ne suis pas le genre de personne qui hésite longuement avant d’acheter un vêtement ! Pourtant, pour la blouse que vous allez voir, ce fut totalement différent... Dites-vous que c’est seulement parce que je suis repassée devant une deuxième fois que je me suis enfin décidée à la prendre ! Pourquoi cette longue hésitation ? Tout simplement, parce que cette blouse comprend à elle seule deux fortes tendances : le col chocker et l’imprimé Vichy. Et, je pense que vous savez aussi bien que moi que ce qui est exactement dans la tendance du jour, ne l'ai pas forcément le mois d'après. Je ne me sens pas contrainte de suivre la mode (bien au contraire et heureusement) mais je n’aime pas acheter des vêtements démodables justement, et je ne m’imagine pas trop porter cette blouse lorsque tout le monde aura décidé que le col chocker est complètement dépassé haha ! Aujourd’hui, j’aimerais donc aborder avec vous un problème de taille : la notion « d’éphémère » dans la mode…

Malgré mon amour inconditionnel pour la mode, et malgré tout ce qu’elle m’apporte quotidiennement, je ne peux m'empêcher de m’interroger à ce sujet (et non, je ne considère pas cela comme une hypocrisie, juste une forme de contradiction à explorer disons !). Il y a maintenant plus d’un an, j’ai été marqué par un film documentaire s’intitulant « The True Cost ». La majorité des enjeux autour du monde de la mode, y était abordée ; on y rappellait notamment que c’est la deuxième industrie la plus polluante, qu’elle engendre des problèmes sociaux majeurs... Bien entendu, tous ces problèmes ne sont pas causés par les labels responsables, mais bien par les marques que beaucoup d’entre nous côtoyons à chacune de nos séances shopping, c’est-à-dire ; H&M, Forever 21... Il s’agit donc de ces marques, qui cherchent à produire à moindre coûts des vêtements à bas prix. S’il est vrai que leurs méthodes de production ont un impact désastreux sur l’environnement et la société, il y a un autre point qui m’horripile tout autant. En effet, alors que ces marques ne font rien pour limiter leur bilan humain et écologique (contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire d’ailleurs), elle continue à nous proposer de plus en plus de collections. Trouvez-vous cela normal que les collections changent toutes les deux semaines dans certaines de ces enseignes ? Pour ma part, absolument pas, il s’agit tout simplement d’un gâchis sans nom... Alors, l’industrie de la mode peut continuer à changer les tendances en permanence, après tout, cela permet bien à certains de de s’enrichir indéfiniment. Néanmoins, il serait peut être bon de repenser enfin la hiérarchie entre les intérêts financiers et les interêts humain ou écologique. En outre, je suis consciente que je suis tout autant responsable, car, ce n’est pas comme si je n’achetais pas plus de vêtements que nécessaire, et ce n’est pas non plus comme si je décidais de boycotter ce genre de boutique. En fait, quand j’y pense, je suis sûre que de nombreuses personnes sont au courant du vrai coût de la mode, c'est-à-dire de son coût écologique et humain, et pourtant, cela nous dépasse tellement, que nous continuons à faire comme si tout était normal... En somme, ne serait-ce pas ça finalement, le modèle comportemental de nos sociétés actuelles ; être conscient que le monde à besoin de changement, mais ne rien faire (car on en viendrait presque à se persuader qu’il est quasiment impossible de changer les choses) ? J’aimerais donc finir cet article par une citation, qui pour ma part, m’invite fortement à me remettre en question ; Ghandi a dit un jour, «vous devez être le changement, que vous voulez voir dans ce monde».

Blouse : Zara - Jupe : Pull&Bear - Chaussures - Minelli - Sac :trouvé chez Brandalley - Rouge à lèvres : Courtisane (Sephora)




PS : Et si jamais vous vous posez la question, j’ai effectivement fait exprès de publier cet article juste après celui qui tentait d’expliquer ce que la mode m’apporte au quotidien...




Quote of the month
« Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire, mais j'ai toujours su quelle femme je voulais être. »
Diane von Furstenberg